Culture Chronique

9782259251396oriQuand Freud publie en 1930 l’une de ses oeuvres majeures intitulée “Malaise dans la civilisation” il interroge ce qui constitue les fondements de la société et les dangers qui sont susceptibles de la mettre en péril. Trois ans plus tard Adolphe Hitler va prendre le pouvoir en Allemagne et beaucoup de lecteurs du livre de Freud avaient vu dans l’épigraphe qui concluait l’ouvrage une préfiguration des événements qui allait se produire quelques années après. L’inventeur de la psychanalyse écrivait :”Les hommes sont arrivés maintenant à un tel degré de maîtrise des forces de la nature qu’avec l’aide de celles-ci, il leur est facile de s’exterminer les uns les autres jusqu’au dernier. Ils le savent, d’où une bonne part de leur inquiétude actuelle, de leur malheur, de leur angoisse . Il faut dès lors espérer que l’autre des deux puissances célestes, l’éros éternel fera un effort pour l’emporter dans le combat contre son non moins éternel adversaire. Mais qui peut prédire le succès et l’issue ?”

Près de quatre vingts ans plus tard un psychologue clinicien, Samuel Dock, et une psychanalyste, Marie-France Castarède questionnent leur époque à travers un dialogue passionné qui leur permet un examen sans concession du nouveau malaise dans la civilisation, celui des attentats, des avions précipités contre des buildings, des catastrophes écologiques, des technologies invasives, de la vacuité artistique et des spiritualités dévoyées. Ce dialogue vif et pénétrant examine les problématiques de notre temps avec une acuité éclairante. Ainsi le terrorisme est-il présenté comme la métaphorisation incarnée d’une crise du lien sans précédent. L’altérité n’est plus seulement déniée mais anéantie, brisée. Dans cette configuration, l’autre, en tant qu’ être différent, ne peut plus être abordé comme un interlocuteur potentiel. Il doit justement être détruit parce qu’il manifeste cette étrange différence. “ Nous sommes, dans ce radicalisme, très loin de ce que nous appelons l’ambivalence, c’est à dire la coexistence de sentiments positifs et négatifs en une même personne. Accéder à l’ambivalence est le signe d’une maturité psychologique.”

Cet échange approfondi et nourri d’un travail inlassable sur les origines de ce malaise nous fournit des pistes de réflexion à des années lumière des jugements à l’emporte pièce que nous fournissent certains médias. “Le nouveau malaise dans la civilisation” nous offre plus de trois cents pages d’une réflexion serrée et exigeante sur les troubles qui affectent l’humanité de ce début de millénaire. Une lecture nécessaire.

Archibal Ploom

L’article est disponible ici 

Publicités

Les commentaires sont fermés.