Bio

Samuel Dock est psychologue clinicien mais n’a jamais conçu sa vie sans l’écriture. Enfant entouré mais solitaire, adolescent intransigeant et lucide, il trouve très vite dans la littérature un repaire évident de construction et d’exacerbation d’une sensibilité existentielle déjà très marquée. C’est notamment durant sa formation universitaire, qu’il commence à écrire régulièrement, sur des thèmes récurrents tels que l’aliénation, l’étrangeté au monde, le dédoublement…qu’il n’aura de cesse de mettre en exergue des problématiques civilisationelles. Sa passion précoce pour Dostoïevski sera déterminante, il en nourrira une étude anatomiste du réel, sachant toutefois s’en démarquer pour cultiver un style propre et une « matière » d’une maturité rare. L’écriture de Samuel Dock est complexe : Mises en abyme, métaphores, fragmentations, jeux entre la surface et les profondeurs, autant de procédés qui constituent son monde en vertige et composent la force subversive de ses textes. Rejetant les conventions du nouveau roman mais insatisfait des schémas narratifs classiques, il parvient à faire voler en éclat les divisions traditionnelles entre roman et poésie, polémique et didactique, conduisant attentivement le lecteur sur le chemin escarpé «d’une littérature qui se veut expérience, symptôme avant tout, réveil par-dessus tout ».

En 2012, son premier roman « L’apocalypse de Jonathan » (Le Manuscrit) rencontre l’estime de la critique et du public et reçoit le prix du premier roman en ligne. Samuel Dock obtient également le soutien de personnalités comme Erik Orsenna ou Eliette Abécassis qui évoque « le livre d’une génération » (Femme Actuelle). Le critique littéraire Mohammed Aissaoui (Le Figaro) écrit que « mieux qu’un livre réussis, Samuel Dock montre qu’un écrivain est né ». Samuel Dock commence la même année à rédiger une tribune au Huffington Post dans laquelle il traite de grands sujets de sociétés ou de la culture, qu’il lie à la psychologie. Certains de ses articles comptent des milliers de vues et on été repris par d’autres plateformes du Huffington Post dans d’autres pays. En mars 2014, il dirige le recueil de nouvelles « nouvelles du couple » et réunit autour de lui 13 auteurs français, dont Alain Vircondelet, Jérôme-Arnaud Wagner et Hafid Aggoune. Il écrit à cette occasion la nouvelle « la coupure » ainsi que la préface de l’ouvrage.

En avril 2014, il signe la postface du catalogue de l’exposition Ex Nihilo (commissaires Stepk & Damien Drouet) qui réunit Jean-Christophe Fischer, Hélène Lagnieu, Olivier de Sagazan, Gaspard Schlum et Isabelle Vialle.

En 2015, il s’associe avec une de ses anciennes enseignantes et publie « le nouveau choc des générations » chez Plon, lecture contemporaine du « fossé des générations » publié en 1969 par Margaret Mead. Cet essai est salué par la critique. La philosophe, sémiologue, romancière et psychanalyste Julia Kristeva écrit dans les colonnes de l’Obs : « Ils avancent en s’appuyant sur de solides références intellectuelles, comme autant de symptômes générationnels mis en perspective. Je me laisse emporter par leur enthousiasme interrogatif ». Suite au succès de l’ouvrage, une suite est rapidement annoncée chez le même éditeur pour février 2017 : « Le nouveau malaise dans la civilisation ».

Consécutivement au « Nouveau choc des générations » Julia Kristeva, choisit Samuel Dock pour l’accompagner dans la rédaction de ses mémoires sous la forme d’entretien. En résulte le livre « Je me voyage » publié chez Fayard en octobre 2016. L’ouvrage est présenté lors d’une conférence données par les deux auteurs au Festival International des Ecrits de Femmes, dans la maison natale de Colette.

Peu après, en novembre 2016, Zazie, publie la première édition intégrale de son oeuvre musicale. Samuel Dock signe le portrait accompagnant le coffret.

En 2018, il publie « Punchlines, des ados chez le psy » ouvrage dans lequel il révèle des extraits de séances de thérapie avec ses patients âgés de 12 à 19 ans.

Samuel Dock collabore régulièrement avec la presse et poursuit l’exercice de son métier de psychologue clinicien.

Publicités